Les films vus au cinéma

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lis moi avec webReader

Terminator 4 : renaissance

terminator-4-renaissance.jpg Nous voilà plongés en 2018, après le jour du jugement dernier et le soulèvement des machines. Les humains luttent, la Résistance est organisée et possède encore des moyens et un commandement.

John Connor est vu par tout le monde comme le sauveur bien qu'il ne soit pas le chef suprême de la Résistance mais le chef d'un groupe basé en Californie, proche du coeur de Skynet.

L'action commence alors que John dirige une attaque contre un ancien laboratoire de Cyberdyne. Il y trouve un code permettant de désactiver les machines... mais les robots détruisent le labo !

Peut-être connaîtrons nous les gagnants de cette grande guerre : machines ou humains ?

Quoiqu'il en soit, et sans rien dévoiler de cet opus, John Connor va enfin pouvoir rencontrer son père... mais le sauvera-t-il des griffes de Skynet pour protéger le futur et son passé ? Mystère !

On découvre quand même que les machines ne sont pas les premières à avoir fait joujou en mélangeant un humain et un exosquelette cybernétique... Cyberdyne l'avait fait avant de créer Skynet. Cependant les T-800 en sont largement inspirés en mieux.

En fait, on nage entre une guerre pour la survie de l'humanité décimée par les robots (dont je me demande bien l'intérêt du parcage des humains chez Skynet à part pour s'en servir de boucliers humains), et un paradoxe temporel permanent : qui de John ou Kyle a-t-il engendré l'autre ?

John devrait rencontrer son père dans cet épisode, bien longtemps avent que celui-ci ne soit envoyé dans le passé pour sauver Sarah et lui faire l'amour, engendrant ainsi celui qui l'a envoyé dans le passé et est destiné à sauver les humains... mais voilà, la Résistance a également des moyens militaires importants et notamment de quoi détruire Skynet, au moins en grande partie. Un beau suspense, et peut-être un cinquième film avec un dénouement ?

Quoiqu'il en soit, toujours de beaux effets spéciaux. on revient dans le réaliste avec du matériel plus mécanique que visiblement en images de synthèse (peut-être le passage de Transformers a-t-il aidé à les calmer dans leurs délires ?). Les machines ne sont aps plus évoluées qu'elles l'étaient dans le premier épisode de la série et c'est très bien de conserver cette cohérence.

Ce qui est quand même amusant, c'est qu'à la fois John Connor et son ennemi Skynet connaissent leur passé commun et leur avenir... Les deux ont eu accès aux archives du passé (John par sa mère, Skynet par ses dossiers, Internet et sans doute par des moments de bataille dans la série télé des chroniques de Sarah Connor)) et continuent cependant à suivre la trame qui a été tracée à la fois dans le passé et dans l'avenir. Très étrange tout ça, non ?

J'aurais été Skynet, sachant que John a eu de l'aide par le passé, je n'aurai finalement pas inventé d'appareil pour voyager dans le temps ou ne m'en serais pas servi pour tenter d'éliminer la lignée de John... sauf si on considère que c'est l'envoi d'un terminator dans le passé qui a permis à Cyberdyne de créer les robots contrôlés par Skynet !

Une série pleine de paradoxes qui au final n'en sont pas. On pourrait ça à la grande question que nous nous posons tous un jour : qui de l'oeuf ou de la poule a-t-il été créé en premier ?

En tout cas, un film à voir (plus que le précédent d'ailleurs).

Voir les produits "Terminator 4 : renaissance" sur

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.les-films-vus-au-cinema.com/index.php/trackback/114

Fil des commentaires de ce billet